La Guinée Conakry est plongée depuis 48 heures dans une grève générale illimitée. Les syndicats demandent la baisse du prix du carburant à la pompe. L’État s’entête et refuse toute baisse et invoque des arguments sur l’économie guinéenne qui serait en récession.

Chose étonnante li y a quatre mois ce même gouvernement en campagne présidentielle disait à qui voulait l’entendre que tous les indicateurs économiques étaient au vert ; que c’est le meilleur bilan économique depuis 5 ans, et cela, malgré les conséquences du virus Ebola sur l’économie du pays et celui de la sous-région.

Alpha Condé entrain de donner de l'argent
Alpha Condé entrain de donner de l’argent

La grosse campagne de com du #RPG c’est tiré une balle dans le pied 4 mois après le mensonge des indicateurs « tous aux vert » le FMI qui rigole pas avec les menteurs tape sur la table et voilà que Alpha Condé est démasqué.

Campagne électorale à coup de milliards de franc glissant et la planche à billets à fond dans les mains d’incompétents, nous voilà encore retombées dans les années sombres du Général Conté.

Aucun contrôle sur les dépenses de l’État et les détournements. Cette tromperie n’a que trop durer. Le Prof Condé doit assumer son bilan chaotique et rendre au peuple ce qui lui est dû et ou partir.

Le gouvernement guinéen publiait un article pour venter le travail du Président Alpha Condé avant la campagne Présidentielle de 2015, le gouvernement et le parti au pouvoir le RPG disait que l’économie guinéenne ne s’est jamais mieux portée que maintenant. Cet état de fait est reconnu aussi bien par les institutions de Breton Woods ; le FMI et la Banque, que les autres partenaires bi et multinationaux. En dépit des perturbations liées à la présence de la terrible et particulièrement mortelle épidémie à virus Ebola qui frappe le pays depuis décembre 2015, en même temps que la Sierra Leone et le Liberia, disaient.

D’en rajouter : en témoigne le récapitulatif des principaux indicateurs économiques des finances publiques. La Guinée est partie d’une inflation galopante dont le niveau culminait autour de 21.5 % en 2010 pour atteindre 10.5% en 2013 avant de retomber jusqu’à 9.3% en fin 2014.

Pendant ce temps, le taux de croissance qui se situait au niveau de 1.9 en 2010 tournait jusqu’au moment où devait éclater l’épidémie d’Ebola autour de 2.3 % avant de retomber en raison de la situation d’urgence sanitaire au niveau de 1.3%.

Au même moment, le taux de la dette extérieure a suivi une courbe descendante depuis 2010 et est allée de 68 % en 2010 pour atteindre 20% en fin 2014. Alors que le franc guinéen qui s’en sort renforcé, s’est montré très stable par rapport, notamment, au dollar 7 000 francs et à l’euro 9 000.

Toujours le gouvernement : la mise en circulation, récemment, des billets très sécurisés de 20.000 Gnf pour combler un vide et surtout pour la réduction de la masse monétaire pour le besoin de grandes opérations financières est une initiative constituant une étape importante pour la gestion financière rigoureuse de la monnaie nationale.

Cette embellie de la situation économique s’exprimant par le fait que tous les indicateurs sont désormais au vert a largement contribué à la stabilisation des prix notamment des denrées de premières nécessités et des produits de grandes consommations dont la rupture récurrente sur le marché n’est plus qu’un lointain souvenir. Nous rassurait le RPG et ses militants. Disait

D’après le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG) les résultats ont été atteints grâce aux rigueurs de la gestion monétaire appliquées depuis l’avènement au pouvoir du président Alpha Condé en décembre 2010. Les efforts de cette méthode rationnelle de gestion administrative et financière ont été sanctionnés par l’atteinte en fin 2012 du point d’achèvement de l’initiative des Pays Pauvres Très Endettés, PPTE, dont les premiers avantages ont été l’annulation de la dette publique de la Guinée à hauteur de 2.1 milliards de francs guinéens, soit 2/3.

Entre 2010 à fin 2014, le taux de pression fiscale est allé de 15 % à 18.1% pour atteindre 18.7% de nos jours. Avec une recette fiscale qui se chiffre à 7.55 milliards de francs par mois contre 5.2 milliards en 2010. Portant ainsi le stock de devises à hauteur de 5 par mois contre 0.8 par le passé. Inutile de rappeler ici que ces progrès ont eu un impact positif sérieux sur le taux de perception de la pauvreté qui se situe au niveau de 55.2 contre 58 % en 2010.

Pendant la même période, le taux d’accès des Guinéens aux services bancaires a été accru avec un nombre plus important de banques allant de 12 à 15 pour un taux collecté de crédits chiffrés à 10.188 milliards contre 6.498 milliards en 2010.

Fait important à signaler, c’est que de 1986 (date de la libéralisation économique) à 2010, soit 24 ans, 12 banques ont été créées en Guinée dont 1 a été fermée (BIAG).

Et de 2011 à 2014, soit 4 ans, 5 banques supplémentaires ont été créées dont 1 a été fermée (BADAM), et une sixième est en cours d’opérationnalisation.

Autres indicateurs, c’est que depuis 2010, en Guinée progresse tous les indicateurs de performances internationaux :

C’est ainsi qu’en 2006, la Guinée était classée 160e pays le plus corrompu d’Afrique contre sa position en 2014 qui est la 145e place avec un indice évalué à 2.5 %.

Les performances de la gouvernance d’Alpha Condé apparaissent très clairement dans l’indice Doing business, tout comme d’ailleurs dans celui de développement humain dans lequel la Guinée a enregistré des progrès énormes.

Autre performance, c’est qu’en 2010, avant l’arrivée du Président Alpha Condé à la tête de la Guinée, notre indice IIAG (Indice Mo Ibrahim de la Gouvernance africaine. NDLR) était de 36 points, aujourd’hui, il est de 43 points.

Parmi les mesures majeures qui ont contribué à l’assainissement des finances publiques et à la bonne gouvernance économique, on peut citer : l’instauration de l’Unité de Caisse, l’assainissement de l’environnement des affaires à travers la création de l’APIP et de son Guichet Unique, l’adoption d’un nouveau code des marchés publics, l’assainissement du fichier de la fonction publique.

Alpha Condé à Kankan campagne Présidentielle 2015
Alpha Condé à Kankan campagne Présidentielle 2015

Après 4 mois de faste et de le farniente, c’est le retour sur terre et pas n’importe où, bien sûr en Guinée. Le FMI et la Banque Mondiale faisant le compte de la Guinée rappellent au chef de l’État qu’il a tout faut et qu’il faut des réajustements si non, il ne soutiendra pas la gabegie instaurée au sommet de l’État.

Et pour plaire au FMI et ses banquiers qui nous appauvrissent. Alpha Condé et son gouvernement estime que l’austérité est la dernière solution, car la réduction du train de vie de l’État est intouchable, Alpha Condé veut faire payer au peuple de Guinée son manque de rigueur budgétaire et ses voyages interminables à coup de millier d’euros, jet privé, grand hôtel parisiens, et autre club très fermé où il faut mettre des sommes énormes pour juste assisté à une rencontre de milliardaire. Sans oublier une campagne électorale qui à durer 6 mois et deux investitures.

La réalité Alpha Condé a tout simplement échoué.

Partez comme toutes cette classe politique ringarde et pas à jour. Fichez le camp

PARTAGER

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE