Partie 2 sur 3: Faire entendre votre voix

Exprimez vos opinions. L’activisme commence dans vos conversations quotidiennes avec vos amis, votre famille, et les personnes que vous rencontrez. Il est difficile d’arrêter de parler d’un sujet qui vous passionne, alors exprimez-vous librement et engagez des conversations sérieuses avec les gens à propos de la cause qui vous tient à cœur. Essayez d’éduquer les gens et aidez-les à s’investir. [4]

  • Soyez audacieux. N’hésitez pas à aborder la fille qui lit un magazine dans un café – elle pourrait être à la recherche d’un groupe comme celui que vous créez.
  • Cela étant dit, ne forcez pas vos opinions auprès des personnes qui n’ont pas envie de les entendre. Une fois que vous avez donné votre avis, il est possible que les personnes aient besoin de temps pour assimiler ce qu’elles ont appris. Ne vous attendez pas à ce que les gens se joignent immédiatement à votre cause.

Distribuez des prospectus. Créez un prospectus contenant toutes les informations essentielles concernant votre cause, le nom de votre organisation, le lieu et les dates auxquelles vous organisez des réunions, et toute autre information que vous souhaitez transmettre. Affichez des prospectus dans votre école, dans votre quartier (renseignez-vous auparavant pour savoir s’il existe des espaces dédiés à la communication dans votre ville pour éviter une amende), sur les panneaux d’affichage de votre communauté, à l’intérieur des bars et des cafés.

  • En plus des prospectus, vous pourriez distribuer des pins, des cartes postales, des autocollants et d’autres choses pour faire connaître votre action.
  • Lorsque vous organisez des distributions, soyez prêt à répondre aux questions et à parler de votre cause.
Organisez une table d’information.[5] Voyez si vous pouvez louer ou occuper un espace, dans votre école, dans votre université, ou dans un lieu de votre quartier, comme à l’entrée du supermarché ou dans le parc. Préparez une liste d’adhésion, des informations concernant votre organisation et des posters colorés pour attirer le monde. Il peut être une bonne idée d’avoir des objets gratuits à distribuer, comme des autocollants ou des pins. Soyez prêt à apprendre des choses sur votre cause aux personnes qui s’arrêtent.
Pratiquez l’activisme depuis chez vous. Il s’agit de toutes les activités que vous pouvez faire depuis chez vous pour vous investir auprès d’une cause : vous n’avez besoin que de votre ordinateur. Postez des messages sur Facebook et sur des blogs avec des informations sur votre cause pour apprendre des choses à vos amis. Soyez actif sur Twitter et participez à des conversations qui concernent votre passion.

Sponsorisez un intervenant de votre communauté. Contactez une personne reconnue qui s’investit auprès de la même cause. Un auteur, un professeur, le président d’une organisation à but non lucratif ou un musicien engagé sont de très bon choix. Prévoyez d’accueillir cette personne dans un espace événementiel local, faites de la publicité autour de l’événement en distribuant des prospectus et en postant des messages sur Facebook.

  • Vous pouvez accueillir un intervenant dans une école ou une université, dans une librairie, une salle de concert ou une maison de quartier.
  • Assurez-vous d’avoir des informations écrites à distribuer, et de proposer aux personnes présentes de vous laisser leurs adresses email pour les tenir informées des prochains événements.

Attendez-vous à des désaccords. Le changement effraie la plupart des gens et peut parfois les amener à réagir de manière impolie ou peu constructive. Il n’est pas rare qu’un activiste qui s’exprime pour sa cause rencontre des degrés divers de négativité. Le plus important est d’y être préparé et de rester fort face aux personnes qui ne sont pas d’accord avec vous.

  • S’il y a des désaccords entre des personnes au sein de l’organisation, il est bon de se remettre en question et d’essayer de vraiment comprendre leurs arguments. Essayez de voir s’ils ont raison, et réexaminez votre approche par rapport à leurs remarques. Cela ne veut pas dire que vous devez absolument changer votre approche à moins de le vouloir, mais il est important de rester ouvert d’esprit, car cela finira par rendre votre cause plus forte et inattaquable.
  • Il faut vous attendre à des désaccords hors de votre cause. Vous remettez le status quo en question. Vous connaitrez de nombreuses expériences, dont des personnes qui remettront en question votre savoir/autorité/faits/respect, et parfois même votre santé mentale. Gardez votre calme et ne vous laissez pas atteindre. Certains désaccords seront directs et seront des mises en opposition par rapport à vos propos. D’autres seront plus subtils, malicieux et malfaisants. Sachez quand il vaut mieux répondre et lorsqu’il vaut mieux se taire, et sachez lorsqu’il est bon d’impliquer un avocat. Si vous vous sentez menacé d’une quelconque manière, appelez la police.

>> Comment devenir activiste

>> Partie 3 sur 3: Devenir un leader

Conseils

  • Soyez créatif ! L’activisme ne concerne pas seulement les gros événements. Un blogueur peut être activiste à travers ses écrits, les professeurs peuvent faire preuve d’activisme en encourageant leurs élèves à remettre en question leurs croyances, les artistes peuvent laisser des œuvres d’art vandales engagées à travers la ville, les personnes douées en informatique peuvent créer un web-zine, etc.
  • Lorsque vous travaillez à plusieurs, considérez les besoins du groupe. Soyez prêt à faire des compromis sur des détails, voire même sur certaines de vos valeurs fondamentales.
  • Apprenez à récolter de l’argent. Bien que vous puissiez évidemment être activiste à vos frais, peu de formes d’activisme ne demandent aucun moyen financier. Les artistes ont besoin de matériel, les blogueurs ont besoin de payer leur hébergeur, les manifestants ont besoin de bannières et de panneaux. Certaines formes d’activisme peuvent même être éligibles pour des bourses, si vous savez comment écrire un projet.
  • Une organisation solide à tous les niveaux assurera que tout se passe bien. N’oubliez pas de documenter vos étapes, d’ajuster vos plans au fil du temps, et de communiquer fréquemment.
  • Envisagez d’utiliser des marchandises pour récolter plus d’argent si votre activisme prend la forme d’un gros événement. Vous pouvez faire imprimer des t-shirts, organiser une vente de pâtisseries ou vendre des livres en rapport avec la cause que vous soutenez.

Avertissements 

  • Soyez conscient des conséquences si vous songez à vous engager dans des actes de désobéissance civile. Gardez les coordonnées d’un avocat sur vous si vous pensez que vous risquez de vous faire arrêter.
  • Soyez attentif aux signes de discrimination au sein des cercles activistes. Malheureusement, il est très courant de voir des individus qui se battent pour une cause se placer en position de supériorité par rapport à d’autres. On peut par exemple voir des signes de sexisme au sein de groupes de défense des droits homosexuels, ou de racisme au sein de groupes féministes. Ne laissez jamais du racisme, du sexisme, de la misogynie, de l’homophobie, etc. se développer au sein d’un groupe. Accordez de l’importance aux besoins des autres, et soyez ouvert d’esprit en écoutant les problèmes que vous n’aviez pas pris en considération. Rendez vos événements accessibles, et renseignez vous pour savoir comment créer un espace sûr si vous n’êtes pas familier avec ce concept.

Éléments nécessaires 

  • Des informations sur les actions déjà menées autour de la cause qui vous tient à cœur
  • Des livres sur l’activisme
  • Des ressources (du temps, de l’argent, du matériel)
  • Un accès à Internet