D

Des émissaires de la Cour pénale internationale (CPI) sont en séjour en Guinée pour évaluer l’enquête sur les tueries d’au moins 157 personnes en septembre 2009 à Conakry.

Selon la télévision nationale, la mission de Fatou Bensouda est venue faire le point de l’état d’avancement de la procédure judiciaire en cours, qui serait à sa dernière phase.

Fatou Bensouda CPI
Fatou Bensouda CPI

Interrogés par les médias d’Etat, les envoyés spéciaux de la CPI se sont réjouis des progrès enregistrés au mois de juillet 2015 avec l’inculpation d’une vague de hautes personnalités.

Pour l‘heure, après l’audition du bouillant Dadis Camara du Burkina Faso, deux officiers de l’ancienne junte militaire restent non entendus. C’est le cas du lieutenant Aboubacar Toumba Diakité, ancien aide de camp de Dadis Camara, en cavale et le général Sékouba Konaté, l’ancien président de la transition guinéenne, en séjour à l’étranger.

Sauf changement d’agenda, le procès des présumés auteurs des tueries de 2009 se tiendra courant 2016. Soit sept ans après les faits, selon le ministère guinéen de la justice.

Lors d’une précédente visite, en avril 2012, la procureure de la CPI avait réclamé un dénouement rapide du dossier du massacre. « Nous avons trop attendu », avait-elle déclaré.

Le massacre du 28 septembre 2009 à Conakry fait état d’au moins 157 morts, 1 500 blessés, 89 disparus, 109 femmes violées, des dizaines de personnes séquestrées et torturées et 392 victimes constituées parties civiles, selon des sources indépendantes.

 

 

PARTAGER

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE